///Callune, une découverte musicale poétique et authentique

Callune, une découverte musicale poétique et authentique

Un tout nouveau groupe fait résonner ses premières notes dans la vallée de l’Eyrieux depuis quelques mois. Callune c’est son nom, mais ce ne sont pas tout à fait des novices dans le domaine de la musique. Nous avons rencontré ce trio.

AA : Bonjour, ou plutôt rebonjour pour certains puisque l’on connaît certaines têtes que l’on a vu dans d’autres formations. Mais le mieux pour commencer c’est de tous vous présenter je pense non ? 

Jean-Philippe : je suis originaire du Cheylard en plein cœur de l’Ardèche où j’ai grandi. Depuis mon plus jeune âge, j’aime la poésie, le sens et le son des mots. Plus tard, l’envie de m’exprimer m’amène à la musique grâce à des artistes comme Renaud, Mano Solo, Tryo, Damien Saez … J’écris donc mes premiers textes. J’apprends la guitare au fil des rencontres afin d’accompagner mes premières compositions. J’ai découvert mes premières expériences de groupe quand je vivais à Chambéry. Aujourd’hui de retour en Ardèche, nous avons fondé entre amis le groupe Callune dans lequel je suis chanteur et guitariste.

Stéphanie : j’ai grandi à Saint Laurent du Pape. Musicienne depuis mon plus jeune age, j’ai commencé par la guitare. J’ai connu mes premières expériences musicales en groupe à 15 ans puis j’ai co-fondé le groupe les Mandrinots en 1998. Au retour en terre Ardéchoise de Jean-Philippe, ami de longue date, l’évidence de se retrouver musicalement s’est imposée. Riche de mon expérience de près de 300 concerts, je joue aujourd’hui au sein de Callune de la mandoline, du bouzouki, de la guitare, du cajon. Mes influences musicales vont de Jean-Jacques Goldman, à Muse en passant par la scène celtique.

Hubert : également ardéchois, je suis un enfant de la Voulte. Bercé dans un univers familial où la musique était très présente, j’ai débuté avec mes frères mes toutes premières expériences musicales. J’intègre rapidement des petits groupes locaux, les Nababs, les 5 plaies, LM … Branché rock mais aussi musique celtique, je fonde avec mon frère Olivier,  « Les Mandrinots » avec qui nous avons sillonné les scènes régionales pendant une vingtaine d’années. J’ai également été guitariste à la Gamme Dorée pendant près de 10 ans. A l’aise sur scène, avec plus de 500 concerts, j’apporte actuellement mon expérience à Callune avec qui je joue de la guitare et de plus en plus souvent de la basse. J’adore la chanson et particulièrement Dominique A, Noir Désir, Jacques Brel …

Un point commun musical entre nous trois, nous avons tous été élèves de Patrice Jania à différentes périodes de nos vies.

AA : Jamais évident de choisir un nom de groupe. Callune est le vôtre ! Quelle est son histoire ? Sa signification ?

Hubert : tout commence par un pot de miel !

Stéphanie : nous avons cherché un nom lors d’un repas entre nous, mais nous n’avons rien trouvé de très satisfaisant. C’est Jean-Philippe qui, le lendemain a eu le déclic devant son pot de miel au petit déjeuner : du miel de Callune (La callune est une variété de bruyère qui pousse particulièrement dans nos contrées à l’automne).

Jean-Philippe : en effet, nous souhaitions un nom qui rappelait la nature ardéchoise, l’authenticité, la douceur.

Hubert : Callune était né !

AA : Comment qualifieriez vous votre musique ?

Jean-Philippe : voilà une formule qui résume assez bien notre musique : « Chanson en français, 100% naturelle, sans additif, sans conservateur »

Stéphanie : du texte travaillé, des vrais instruments, sans trucages et aussi sans barrière à notre créativité.

Hubert : pas facile de se définir en un seul mot ! Nous pourrions dire que nous faisons de la chanson française pop acoustique aux diverses influences (rock, reggae, flamenco, world music …)

AA : Le fait d’être un trio ne limite-t’il pas votre créativité ?

Hubert : C’est parfois dans la contrainte que naît la liberté et l’art. Être seulement trois nous oblige à chercher les bons arrangements, à ne pas nous cacher derrière les autres, à faire des choix.

AA : Comment se passe la création de vos compositions ?

Jean-Philippe : j’écris la plupart du temps avec une mélodie en tête. Une fois le texte terminé, je me lance dans la composition avec ma guitare afin de trouver la ou les rythmiques adéquates. Une composition prend parfois plusieurs semaines mais certaines (pour moi les meilleures) peuvent éclore en une petite heure !

Hubert : Jean-Philippe apporte une matière déjà très travaillée. Ses chansons sont en place, mais il adore expérimenter d’autres approches à ses compositions.

Stéphanie : avec Hubert nous proposons diverses idées et des points de vue différents. Nous discutons beaucoup de la couleur et de l’ambiance à donner aux morceaux lors des répétitions. J’apprécie ces séances de travail lors desquelles toutes les idées sont prises en compte et sont testées.

AA : Vous vous êtes inscrit au tremplin Musik’Casting mais aussi Prix Société Ricard Live Music. Vous semblez bien motivés à faire rayonner Callune dans la région. Votre expérience sur ce type de concours vous a-t-elle aidé ?

Stéphanie : Participer à ce genre d’évènement est surtout intéressant pour se faire connaître sur la toile.

Jean-Philippe : C’est surtout le côté ludique qui nous stimule. L’important c’est de participer !

AA : Vous semblez également avoir envie de partager simplement vos chansons aux travers de la vidéo. Est-ce pour vous une manière de faire découvrir plus rapidement l’univers de Callune ?

Stéphanie : Actuellement, un groupe qui n’est pas présent sur Internet aura du mal à faire parler de lui. Nous sommes donc très présents sur les réseaux sociaux. La vidéo via notre chaîne YouTube est particulièrement bien adaptée. Elle permet de présenter à la fois notre image et notre musique tout en apportant une proximité et une immédiateté avec notre public.

Jean-Philippe : Pour les petites structures comme la notre, les réseaux sociaux sont un super outil de diffusion et une caisse de résonance très puissante.

Hubert : Lorsque nous avons débuté avec nos groupes respectifs, nous arrivions très difficilement à nous faire connaître localement, maintenant, avec les réseaux sociaux, même des gens à l’international peuvent s’intéresser à nous et nous suivre.

AA : Des projets pour la suite ? Que peut-on vous souhaiter ?

Hubert : Des concerts ! Déjà quelques dates : le 9 mars 2019 à l’auberge « L’art des chemins » aux Nonières, le 18 mai à la salle de « La Chapelle » au Cheylard, le 1er août à Saint Priest…

Stéphanie : Nous espérons que le public sera au rendez-vous et appréciera notre musique.

Jean-Philippe : Nous envisageons d’enregistrer un album à l’avenir.

AA : Un petit message à faire passer à nos internautes ?

Hubert : Soyez curieux et vivez l’Ardèche !

Jean-Phi : Prenez le temps de nous écouter et rendez-vous sur scène.

Stéphanie : Callune de quoi nourrir vos oreilles et vos cœurs.

Page officielle du groupe Callune : https://www.facebook.com/Callune-2165550840368209/
Pour écouter le groupe Callune : https://callune.bandcamp.com/

Contacter Callune

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message