///Fred Charrier, l’histoire d’une blonde qui a pris son envol

Fred Charrier, l’histoire d’une blonde qui a pris son envol

Fred Charrier fait partie de l’association Le Mes Chants Collectif et a participé en 2018 à la première édition du Montivert Music Festival. Nous avons eu la chance de la rencontrer et de pouvoir lui poser quelques questions pour mieux la connaître.

AA : Nous avions a eu la chance de vous voir donc sur scène au Montivert Music Festival à Saint-André-en-Vivarais. Était-ce une belle expérience ? Qu’en retenez-vous ?

Le Montivert Music Festival a été une superbe expérience ! Nous avons eu la chance que notre candidature soit retenue parmi de nombreuses autres et nous avons profité ensemble de ce moment unique, dans ce cadre unique. Nous avons fait notre «baptême» en même temps puisque ce fut la 1ère édition de ce festival et notre 1ère participation à un festival de cette envergure. La pression était bel et bien présente au sein de toute l’équipe mais quelle bonne pression ! Ce fut très intéressant de voir l’envers du décor avec le côté VIP du festival et de grands noms de la chanson tels que Roch Voisine, Manau, Christophe Willem… Nous avons été les « stars d’un soir » et nous en garderons un excellent souvenir !

AA : C’est une aventure que vous avez voulu partager en famille, une valeur importante à vos yeux. Qui était donc à vos côtés sur la scène ?

Pour les chœurs, j’ai choisi de partager cette belle expérience avec Tiphaine Bruchon (ma nièce), et Cassandra Charrier (ma fille). Effectivement, la famille est le moteur de ma vie, mes parents, mes grands parents, mon mari, mes frères et sœur, et surtout mes quatre enfants qui m’inspirent chaque jour et qui embellissent tellement ma vie ! Je trouvais ça intéressant et réconfortant d’intégrer un petit bout de cette famille sur scène, je pense que cet instant restera gravé longtemps…

AA : Mais vous n’êtes pas qu’en famille. Qui vous accompagne le plus souvent sur scène ?

Je suis entourée d’une belle équipe de musiciens : Denis Vuillot à la batterie, Yvan Clot à la basse, Jérôme Sanial à la guitare, Angel Salazar au clavier. Ce sont de très bons musiciens et amis avec lesquels je me sens bien et en confiance ! (c’est très important !)

AA : Vous avez déjà deux albums à votre actif. L’envol puis plus récemment Blonde mais pas que. Comment faites-vous pour créer ces albums et quelles sont un peu leur histoire à chacun ?

Comme je l’ai dit précédemment, je suis entourée par une famille très soudée et remplie d’amour. Heidie, ma sœur et confidente, est à l’initiative de l’album L’Envol. En 2012, dans une lettre qu’elle m’a adressée à l’occasion de mon anniversaire, était écrit comme cadeau : «C’est le moment, tu es maintenant prête à voler de tes propres ailes et te lancer dans ta carrière de chanteuse. Pour cela j’organise une pré-vente de ton futur album, tu n’as plus qu’à te mettre au travail et écrire une dizaine de chansons». Chose faite puisque la 1ère chanson naquit dès le lendemain ! Un an plus tard, l’album était là….

La confiance, la détermination, l’amitié étaient au rendez-vous, puisqu’Heidie a sollicité des compositeurs, interprètes locaux tels que Jean Bernard Calixte (avec qui j’entretiens une amitié sans faille depuis plus de 20 ans et qui a finalement composé toutes les mélodies de ce 1er album), et Emilien Buffa (Solu’Son, pour toute la partie studio et enregistrement). Sur scène, JB Calixte au piano, Emilien Buffa à la guitare, Thomas Kees à la basse et Gérald Serve à la batterie ont tous adhéré à ce beau projet pour présenter ce 1er opus.

Le défi était de taille, mais beaucoup de personnes ont suivi et soutenu cette «merveilleuse renaissance».

AA : On a l’impression qu’avoir été blonde a été compliqué (rires). C’est pour cela que vous avez décidé d’écrire Blonde mais pas que ?

Cette chanson est TRÈS ironique!!! Il vaut mieux rire du stéréotype de la blonde à forte poitrine que d’en pleurer! (rires) Quand on demande à notre entourage une petite «blagounette», il faut reconnaître que vous avez de fortes chances pour qu’on vous balance un mise en situation coquasse de la blonde écervelée… A nous (la ligue anti-blagues de blondes) de nous en défendre!

Plus sérieusement, c’était un petit clin d’œil rigolo, mais si ce poids avait été si difficile à porter, il y a longtemps que je me serai fait teindre en brune ! (sauf que j’ai peur de passer devant un miroir et de ne pas me reconnaître…)

AA : Pour le titre Blonde mais pas que, vous avez pu réaliser un clip que l’on pourrait qualifier de professionnel. Comment cela s’est-il passé ?

Avec l’arrivée dans le groupe de mon pianiste, nous nous sommes lancés un nouveau challenge : Le tournage du clip du titre phare de mon nouvel album: Blonde, mais pas que…

Ce titre, que j’ai écrit est composé par Emilien Buffa et retrace les péripéties d’une blonde qui dénonce avec humour le poids de cette blondeur si lourd à porter dans notre société actuelle.

J’ai fait appel à une quantité d’acteurs d’un jour qui ont pris leurs rôles à coeur avec un résultat à la hauteur et également à Angel Salazar, pianiste dans mon groupe, mais surtout vidéaste dans la vie (Estudio Creativo Angel Salazar), pour l’entière réalisation de ce clip, avec en prime un partenariat avec une équipe espagnole (son pays d’origine). Angel est un tel professionnel que tout çà nous paru «facile»… La recherche des lieux, des personnages principaux, le jeu… Il y a même eu un making-of du tournage dans lequel on voit que ce fut une belle partie de rigolade !

Encore un beau défi, entourée de belles personnes, et un bon retour du public, à refaire avec plaisir!

AA : Un deuxième album qui a pu d’ailleurs voir le jour grâce au succès d’une campagne de financement participatif. Qu’est-ce que l’on ressent quand on voit que le public vous soutient ainsi ?

C’est très flatteur de voir que le public nous soutien à ce point, très émouvant… Quand on voit la liste des noms s’allonger, des personnes que l’on connaît, d’autres, inconnues.. Leurs commentaires, leurs mots d’encouragement… tout ça nous pousse vers l’avant et nous aide à ne rien lâcher.

De toutes façons, sans toutes ces personnes, cela ne serait pas possible. Quand on est en auto-production, comme moi, et que l’on a pas de moyens surdimensionnés, si l’on est pas suivi par un public, quelques entreprises locales, etc… le côté financier prend le pas sur la passion et dans ce cas là, la passion ne peut que s’essouffler…

Ce n’est pas facile de demander leur participation à des individus, mais le fait d’obtenir une contrepartie rend la chose plus ludique et permet finalement de faire connaître son projet à une échelle plus large.

J’aimerai pouvoir me passer de ça, mais malheureusement je n’ai pas encore pris la décision de jouer à des jeux d’argent.. Le gain n’est donc pas pour demain et l’opération risque de se renouveler…

AA : Vous faîtes partie avec Emilien Buffa entre autre d’une association d’artistes sympas et pas du tout méchants (rires). Pouvez-vous nous en dire plus ?

Le Mes Chants Collectif est une association de loi 1901 créée le 1er janvier 2015. A l’initiative de cette association, des artistes nord-ardéchois qui partagent la même passion. Nous avons donc eu l’idée de créer ce collectif afin d’aider au développement des projets artistiques et musicaux des membres (Émilien Buffa, auteur-compositeur-interprète, Fred Charrier, auteure-interprète, Têtard Ville, auteur-compositeur-interprète, Cie Les Mots à Bretelles, auteur-compositeur-interprète) car nous avons souvent les mêmes problématiques. Pour cela nous avons mis en place : un événement annuel (un festival) qui permet à chacun des groupes de jouer et de se faire connaître du public et des organisateurs de concerts, une newsletter pour informer de l’actualité des artistes, des rendez-vous trimestriels pendant lesquels les artistes peuvent partager leur expérience, échanger sur leurs projets, de l’accompagnement et du conseil en matière de communication.

Lors du dernier festival, nous avons décidé de créer ensemble un spectacle Les ferrus de Ferrat comportant uniquement des reprises de cet artiste ardéchois, mais tout en gardant nos propres personnalités. La qualité de ce spectacle fait qu’aujourd’hui encore nous le jouons dans différentes salles du secteur….

Et pour en finir avec le Mes Chants Collectif, collectif d’artistes sympas… Ne vous fiez pas trop aux apparences ! (rires !)

AA : Des projets pour les mois qui viennent ?

Je fourmille de projets, j’aime la musique, j’aime écrire.. J’ai très envie de continuer, pour moi, pour les autres… Et évidemment très envie de travailler sur un 3ème album ! L’aventure continue !!!

AA : Un petit mot pour les fidèles du site Ardèche actu ?

J’espère que vous avez aimé me découvrir, en toute simplicité… Je remercie Ardèche actu de nous permettre de faire connaissance, et j’espère de tout coeur croiser vos chemins ardéchois lors d’un concert chez vous peut-être…

Plus d’informations sur le site officiel de Fred Charrier : https://www.fredcharrier.fr/